29 fév
2012

Gioachino Rossini dans Orange Mécanique?

Qu'ont en commun Gioachino Rossini et Orange Mécanique?

Article rédigé par et classé dans Cinéma, Musique

L'auteur-compositeur Gioachino Rossini est plus présent dans nos vies qu'on pourrait bien le croire. On retrouve même sa présence dans le film Orange Mécanique de Stanley Kubrick.

Gioachino Rossini… vous n’avez jamais entendu ce nom? Rassurez-vous, vous n’êtes certainement pas les seuls. Cependant, il est à peu près certains que vous avez déjà entendu les opéras de Gioachino Rossini. Quoi? Vous en doutez? Et si on commençait par Le Barbier de Séville? Si vous êtes assez patient pour attendre un peu, à partir de la deuxième minute, vous admettrez sans doute avoir déjà entendu Gioachino Rossini.

Hé oui! Pour les moins cultivés d’entre vous, vous aurez sûrement déjà entendu quelques passages de cette mélodie dans les pathétiques gags Juste pour rire. Ou sinon, probablement dans un pitoyable film familial de Noël.

Mais si on pousse plus loin, vous serez peut-être étonné d’apprendre que les oeuvres de Gioachino Rossini se font entendre dans le très violent film Orange Mécanique (A Clockwork Orange) de Stanley Kubrick.

Tout d’abord, Rossini et son Guillaume Tell ont inspiré la trame principale du film Orange Mécanique:

Ce n’est pas la seule oeuvre de Gioachino Rossini qui est reprise dans Orange Mécanique. La chanson que vous entendez dans ces extraits se nomme La gazza ladra, ou La pie voleuse en français.

Si vous n’avez jamais entendu parler d’Orange Mécanique (est-ce vraiment possible?), voici un petit résumé qui vous donnera le goût (ou pas, c’est selon) d’écouter ce chef d’oeuvre de Kubrick:

Ce film est à classer dans les films d’anticipation, mais peut également se voir comme une satire de la société moderne. Ici, c’est une vision d’une cité urbaine où les jeunes ont pris le pouvoir qui est présentée au spectateur. Le film est aussi un peu futuriste, très violent, très psychologique, avec un côté drôle et parfois dramatique. Dans ce film, Stanley Kubrick semble surtout privilégier le climat malsain et dérangeant qui se dégage, ainsi que le côté viscéral, plutôt que la violence graphique visuelle.

0CommentezCatégorie(s): Cinéma, Musique
Thème(s): , , ,
Personnalité(s): ,
Zone(s) géographique(s): ,

Laissez un commentaire






Merci de vérifier l'orthographe avant de publier votre commentaire.

Annonceurs

  • Annonceurs

Galerie photos en lien avec ce sujet